Au pays des Cactus

Au pays des Cactus, c'est l'histoire d'une frenchie expatriée aux USA (Nouveau-Mexique) et sans cesse poursuivie par George C. qui tente désespérément de l'inviter à boire un café. Une vision du monde américain pleine d'humour agrémentée de créas maison!

09 octobre 2015

☁ Un chagrin ☁

 

C'est un chagrin dont on ne doit pas parler. Un chagrin qu'on doit passer sous silence. Parce que c'est comme ça, parce que "c'est la vie", parce que "c'est tellement courant tu sais"... Et puis parce qu'on ne parle pas de ces choses là. 

Mais aujourd'hui je veux en parler. Parce que ce chagrin est le mien. Parce qu'il dort au fond de mes entrailles. Et parce qu'il me fait mal, et que me taire me fait encore plus mal. Et puis parce que mon histoire c'est la vôtre. Celle de votre mère, de votre soeur, de votre meilleure amie. C'est l'histoire de toute femme qui porte la vie. Et qu'il n'y a aucune honte, aucune faiblesse à en parler.

 

Je suis enceinte de trois mois.

 

Hier, je suis allée à ma première échographie, impatiente de rencontrer ce petit être qui vivait en moi, le coeur plein d'espoir, joyeux, battant.

Les leurs ne battaient plus. 

 

Ils étaient deux. Deux petits anges endormis au creux de mon ventre. Deux tout-petits immobiles à l'écran, deux amours que je ne pourrai jamais chérir. Jamais bercer, jamais embrasser, jamais appeler par leurs noms. Mes enfants malgré tout. Car aussi court fut leur passage, ils sont inscrits dans ma chair.

 

Cette nuit je n'ai presque pas dormi. J'ai serré mon ventre dans mes bras et j'ai tellement, tellement pleuré. Réveillé par mes larmes, mon mari m'a enlacé pour m'apaiser. Je sais qu'il a de la peine lui aussi. Il est bien plus fort que moi face à tout ça, je l'admire. Au fond de mon lit j'ai eu peur. Peur de les laisser seuls dans le noir, peur de m'abandonner au sommeil. Je les ai veillés jusqu'au petit matin et puis j'ai fini par m'assoupir quelques heures.

 

Je sais que je ne devrais pas me plaindre. On me l'a dit. J'ai de la chance: deux petites filles en bonne santé, jamais de problème jusqu'alors. Il fallait bien que le destin cabosse un peu ma vie parfaite. Il y en a d'autres qui souffrent de ne pas pouvoir avoir d'enfant, ou qui perdent ceux qu'elles ont mis au monde. Je sais bien tout cela. D'ordinaire je suis une éponge empathique pour elles et pour toutes les souffrances de ce monde. Tout me blesse et me bouleverse. Mais ce soir, au vu des circonstances, permettez moi d'être égoïste et de centrer mon chagrin sur mon ventre rond. Sur eux qui se sont envolés, main dans la main, sans un bruit... Sûrement pour me faire moins de peine. Parce q'un coeur de maman c'est fragile.

 

Ce midi je suis de retour aux Urgences. Je suis le numéro E726628657. L'interne est très professionnelle. L'anesthésiste impeccable dans sa blouse verte. Elle a coché des cases, m'a examinée. Je lui ai demandé "Comment ça va se passer?" "Qu'allez vous faire d'eux après?" "Ce n'est pas à moi de vous le dire, ce n'est pas mon domaine". Venez mardi à jeun, sans fleurs ni couronnes...

Je suis sortie de là sonnée et je suis rentrée chez moi. Je vais donc porter le deuil de mes deux petits anges pendant encore trois longs jours et quatre nuits interminables. Et puis mardi ils vont partir. Mais on m'a dit que ça irait. Que je ne sentirai rien. Que je serai endormie. Mais je sentirai tout: la peur, la peine et ce vide immense qu'ils vont laisser en moi. Mon coeur qui éclate en mille fragments d'adieux. 

Et puis jour après jour mon chagrin va s'endormir dans un coin de ma mémoire. De temps en temps il se réveillera. Parce qu'on oublie pas comme ça.

 

Mais ça c'est mon chagrin. Un chagrin de femme noyé parmi un milliard d'autres. Un chagrin qu'on doit passer sous silence. Parce que c'est comme ça, parce que "c'est la vie", parce que "c'est tellement courant tu sais"... Et puis parce qu'on ne parle pas de ces choses là. 

 

25755029088553766_4I6hjnkY_c

 

Posté par aupaysdescactus à 12:45 - 71 Post-it - Laisser un Post-it sur le frigo des Cactus - Permalien [#]

Commentaires sur ☁ Un chagrin ☁

    Je ne peux pas retenir mes larmes en te lisant. Je pense fort à toi Gwen et meme si je ne sais pas si j'aurai encore la chance de te revoir un jour, sache que je donnerais cher pour pouvoir te serrer dans mes bras. Ma petite fille est née il y a 17 jours. Tes mots résonnent en moi tandis que mon bebe dort en cet instant à mes côtés. Mes prières vont vers toi. Je t'embrasse fort. Nelly (foyer La Maison)

    Posté par nelly poignonnec, 12 octobre 2015 à 21:33 | | Répondre
  • Je lis souvent votre blog et apprécie votre esprit créatif et coloré. Cette nouvelle m' attriste et je comprends votre désarroi, rien ne remplacera ces 2 petits êtres tant désirés. Je vous souhaite beaucoup de courage pour cette journée.
    Cordialement
    P. Fauré

    Posté par P. Fauré, 13 octobre 2015 à 07:50 | | Répondre
  • Le mardi en question doit être aujourd'hui... Vous êtes dans mes pensées et prières.

    Posté par Stéphanie, 13 octobre 2015 à 09:13 | | Répondre
  • Justement tu fais bien de parler de ces choses là ...
    Très touchée par tes mots, je te souhaite beaucoup de courage et de force pour surmonter cette dure épreuve ...

    Posté par Delfie, 13 octobre 2015 à 13:05 | | Répondre
  • La vie est semée d'épreuves que nous devons surmonter. Demain il fera de nouveau beau, courage. Le temps atténue la douleur, il faut de la patience même si cela est difficile. Bonne santé.

    Posté par mimicousette, 16 octobre 2015 à 14:22 | | Répondre
  • C'est vrai que le corps médical est vraiment très "médical" lors de ces interventions et que malheureusement aucun suivi psychologique n'est fait dans ce cas!! Effectivement c'est courant, mais on a toujours l'impression d'être la première puisque personne n'en parle!! Bon courage à toi

    Posté par Eteann, 16 octobre 2015 à 22:33 | | Répondre
  • Je ne vous connais pas,mais je suis triste à la lecture de ce merveilleux texte que vous avez eu le courage d'écrire. Vous êtes une femme et une maman formidable. Je vous embrasse. MarieNicole

    Posté par MarieNicole, 17 octobre 2015 à 21:01 | | Répondre
  • Que ces mots sont beaux et douloureux, j'espère qu'ils vont te permettre d'exorciser ce malheur. Je partage ta peine car elle m'a déchirée le coeur en 1975, c'était 7 semaines après l'accouchement. Tu ne les oublieras jamais mais la vie continue avec ses joies et ses peines et rien ne s'efface.
    Je t'embrasse tendrement

    Posté par Dane, 18 octobre 2015 à 09:09 | | Répondre
  • Bonsoir,
    Tombée sur votre blog par hasard (via le tutu du tapis nuage en fausse fourrure) j'ai lu votre dernier post... Je fais moi même partie de ce corps médical tant décrié, tout le monde n'est pas comme ça...
    Sur un commentaire, difficile de trouver les mots, mais sachez que le 15 octobre dernier c'était la journée du deuil périnatal (oui, à 3 mois on peut parler de deuil périnatal) : vous pouvez voir l'émission des maternelles du 15 octobre en replay sur france 5, et aller voir sur le blog (8 à la maison) de celle qui témoigne, Cecile de Clermont, qui appartient à l'association "Petite Emilie" et a publié un livre, que je compte commander et qui est probablement très bien écrit. C'est un long chemin qui se trouve devant vous, mais un jour on recommence à voir des petites fleurs sur les bas côtés...

    Posté par Marine, 19 octobre 2015 à 22:32 | | Répondre
  • Je t'envoie des calins virtuels, et toute mes pensees pour tes anges <3
    Pend bien soin de toi

    Posté par Lauriane, 20 octobre 2015 à 13:19 | | Répondre
  • Le mots m'échappent mais je vous adresse tout mon soutien ...

    Posté par Claire, 20 octobre 2015 à 20:30 | | Répondre
  • Les mots sont parfois désuets dans ce genre de situation, mais mes pensées sont la avec vous, votre famille, pour essayer d'apaiser la peine et d'aider ses petits anges à s'envoler et se nicher dans votre coeur. Cyrielle

    Posté par Cylou, 21 octobre 2015 à 09:44 | | Répondre
  • Je venais voir ta jolie cuisine...puis je suis descendue un peu + bas et j'ai vu ce message...D'en parler ouvertement et hop, on voit des dizaines de personnes à qui la même chose est arrivée. A moi aussi, en juin dernier, un petit coeur arrêté à un peu plus de 8 semaines, mais vu à une écho de routine à 10 SA parce que j'avais eu un pressentiment...3 jours à attendre, puis le jour j, j'ai eu la chance de tomber sur 2 infirmières qui m'ont comprises et soutenues jusqu'à ce que je m'endorme. Et même si j'avais déjà 2 gentils enfants, et bien ce petit 3è je l'avais tellement désiré...que ça fait mal de le perdre. Je n'ai rien oublié, et aujourd'hui je suis à nouveau enceinte de 11SA, avec la peur au ventre. Je te souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve, et c'est vrai qu'il faut puiser de la force dans les rires de tes deux enfants.

    Posté par lachouettekikou, 21 octobre 2015 à 10:24 | | Répondre
  • Merci d'en parler au contraire parce qu'effectivement ça arrive dans le secret des ventres, des couples, des maisons et que ça fait du bien d'entendre ces mots et ses histoires pour ne pas les oublier.
    De tendres pensées pour ces tout-petits et votre famille

    Posté par mary-pops, 21 octobre 2015 à 12:10 | | Répondre
  • Je découvre ce post et si tu savais comme je te comprends! J'ai vécu la même chose exception faite que je n'avais qu'un petit amour au fond de moi. C'était il y a 4 ans, 4 ans déjà, j'ai depuis eu une petite fille magnifique et adorable mais je n'oublie pas. Je n'oublie pas et je suis restée marquée, pourtant personne ne le voit, ne le sait, parce que tu le dit si bien "c'est la vie", "ça arrive souvent", c'est presque normal... Courage à toi et à ta famille, oui tu avanceras, mais tu n'oublieras pas... Je suis de tout coeur avec toi...

    Posté par Virgie-Monica, 21 octobre 2015 à 14:56 | | Répondre
  • Je n'ai jamais rien posté mais la je pense a toi . Je ne sais pas quoi dire d'autres , que pensées et prières t'accompagnent Dans cette épreuve .

    Posté par Marina, 21 octobre 2015 à 20:49 | | Répondre
  • C'est très dur, ça fait du bien de le dire, de pouvoir en parler et de trouver des femmes qui comprennent .
    J'ai vécu 2 fois cette peine .... Je compatis de tout mon coeur.
    Le temps fera son travail pour continuer à vivre en s'habituant.

    Posté par Mamou, 29 octobre 2015 à 10:08 | | Répondre
  • La seule chose que l'on peut dire est que le temps apaise tout, toutes les souffrances, tout les malheurs. Pendant ce temps on fait le dos rond.
    Je suis maman adoptive de quatre enfants, j'ai jamais pu porter d'enfant, aucun n'a réussi à germer en moi, j'en ai beaucoup souffert avant mais maintenant cela ne me fait plus rien, mes quatre sont là et bien là.
    Ma plus grande souffrance est pour une petite qui aurait dû être nôtre, tout était prêt, ses petites affaires dans l'armoire, ses petites chaussettes, ses petites culottes, et deux semaines avant de pouvoir prendre l'avion elle est tombée malade et est partie au ciel avant même qu'on puisse la serrer dans nos bras.
    J'ai bien vu que les amis et la famille ne comprenaient pas notre détresse, finalement ce n'était pas encore notre fille alors pourquoi en faire tout un plat.
    Bref on a gardé ça pour nous mais elle vit dans notre coeur notre petite et c'est une petite étoile qui brille là-haut.
    Je me permets de vous embrasser.

    Posté par margo, 30 octobre 2015 à 08:32 | | Répondre
  • Je me souviens encore de ce soir d'automne 2005, le silence du gynéco et j'ai su avant même qu'il ne prononce ces mots terribles que le cœur de ce bébé surprise avait cessé de battre. Je pense à vous.

    Posté par Romandine, 12 décembre 2015 à 17:30 | | Répondre
  • En te lisant, je suis émue aux larmes. Et je ne peux que comprendre cette douleur si intense et intime. Le 07 octobre 2015, je suis allée aux urgences, de nuit, seule, mon amoureux gardant notre fille et notre fils. Ce soir là, j'ai appris que ma grossesse de deux petits mois était finie. Une longue nuit a commencé à attendre la confirmation de ce vide insupportable et l'intervention le lendemain.

    J'ai eu si peur, si honte et si mal à l'idée de dire au revoir à ce bébé qui n'aurait jamais de prénom, dont je ne connaitrai pas le visage, les expressions, l'odeur, qui ne rencontrerait pas ses frères et soeurs et que je ne pourrai jamais prendre dans mes bras.

    Tu as raison d'en parler, on s'enferme vite dans le silence et la honte de n'avoir pas pu porter cette petite vie. Et les autres nous renvoient que finalement ce n'est pas si grave sans réaliser qu'on a vraiment perdu un enfant, qu'en parler est normal et faire son deuil incontournable.

    Alors, merci, merci pour avoir eu le courage d'en parler avec des mots si justes ! Je te souhaite une merveilleuse année 2016.

    Posté par lilybulles, 26 janvier 2016 à 16:03 | | Répondre
  • Bonjour
    Je tombe sur votre blog par le biais de pinterest et je tombe sur votre blog.
    Je suis dans le meme cas que vous mais j'etait enceinte d'une petite fille et elle est morte a la naissance. Il non pas eu le temps de la sauver mais il mon sauver moi.
    Ne passer pas sous silence ce deuil. Vous avez le droit d'etre egoiste et de penser a vous et de pleurer vos petits anges. Hier encore une femme d'un certains age a dit a mon mari que ce n'etait pas grave qu'elle n'etait pas née. Mon mari c'est retenu mais si j'avais ete là je l'aurait incendié. Mon fils de 5 ans etait la pendant la discussion et a dit que la dame etait mechante de dire ça . Et je lui ai donné raison... c'est horrible
    Je suis de tout coeur avec vous.
    Beaucoup de courage

    Posté par caroline, 17 novembre 2016 à 11:50 | | Répondre
« Premier   1  2 
Nouveau commentaire